De la Beauté

Théâtre, mise en scène de Pascal Crochet, Bruxelles, 2015

Décor et costumes.                                                                                           Nomination pour la meilleure scénographie, Prix de la Critique 2015.

Les spectacles de Pascal Crochet restent inimitables, une bulle, un souffle, une ombre et vous voilà pris au piège. Ainsi en est-il de sa création De la beauté. Elle interroge sans donner de réponse, mais avec légèreté, elle s'écoute du murmure solitaire à l'ampleur d'un chœur.

 

Michèle Friche.

Scénographier un spectacle qui traiterait de ce sujet évanescent et ô combien subjectif : la beauté. Un vrai défi. Il fallait pour le relever une personnalité prête à se frotter au théâtre hybride que forge inlassablement Pascal Crochet. Son questionnement – humble et culotté – des canons esthétiques, du champ infini de la perception, de la puissance du subjectif, de la force du doute, a trouvé en Alicia Jeannin une complice à l'oeil affûté.

 

Outre des costumes hors du temps, Alicia Jeannin signe pour De la beauté un univers dont les parois sont quadrillées de cases, d'écrins ouverts, de panneaux d'exposition, de niches, au milieu de quoi trône une table qui, d'ordinaire centre du travail et de l'échange du quatuor, pourra devenir plateau de dissection voire catafalque. Un dialogue exemplaire entre le sujet et la forme.

 

Marie Baudet.